Je viendrais frapper à ta porte...

October 12, 2017

 

 Je viendrais frapper à TA porte... 

 

 

          Je veux par cet article, remercier tous les lecteurs de VICTOIRE en général et en particulier, ceux qui ont laissé un commentaire sur Amazon. Vous n’imaginez pas la portée de ce geste très simple : vous connecter à votre compte Amazon et écrire votre appréciation, un petit mot au sujet de votre lecture de ce roman. C’est aussi un rappel, non déguisé, pour tous ceux qui ne l’ont pas encore fait : attention, j’ai des noms ! Je pourrais étaler sur la place publique la procrastination et la négligence de certains... mais je n’en ferai rien, je tiens trop à vous. Si je vous perds, amies et amis lecteurs, ce que je fais, n’a pas de sens. Ça, je crois en avoir déjà parlé. Et puis, c’est tellement mieux quand on est consentant non ? Vous n’êtes pas d’accord avec moi ?! 

          Je pourrais organiser un jeu-concours, ça se fait beaucoup dans le milieu du Blog des auteurs. Vous pourriez gagner une version numérique voire une version papier dédicacée de VICTOIRE, expédiée directement à votre domicile, ou encore un marque-page livré par mes propres soins : imaginez la scène.

 

          Ce matin-là, l’air était à peine frais pour la saison, l’automne peinait à marquer son territoire, l’été s’accrochait encore à quelques restes et gratifiait généreusement le monde entier de ses rayons si chaleureux.

(J’en fais un peu trop volontairement afin de vous plonger dans une ambiance de confiance presque hypnotique, ça marche non ?!) 

          Juchée sur son scooter de livreur, l’auteure avait revêtu un ensemble très classique afin de se fondre dans la masse des coursiers. Elle sillonnait les rues de la ville à la recherche de l’adresse : celle du gagnant du marque-page si joli et qui serait du meilleur effet entre les pages de son roman. Ce que le gagnant ne sait pas, c’est que ce marque-page serait accompagné d’un exemplaire broché, dédicacé avec amour ! 

(Parce que faire tout ce trajet pour livrer un marque-page, ça fait un peu mesquin.)

          Là, mon esprit est troublé par des images, celles d’émissions produites et diffusées à la télévision où des familles étaient surprises dans leur quotidien par toute une équipe de tournage et gagnaient des lots aussi incroyables que des lave-linge, des lave-vaisselle parfois des voitures et l’apothéose, restait le voyage aux Baléares ! Le pouvoir de la télévision... Je pense en particulier à Porte-Bonheur animé par Patrick Sabatier, dans les années 80. Il n’y avait pas de hasards, les personnes choisies et scrupuleusement sélectionnées par l’équipe de production étaient désignées par leurs voisins ou leur entourage pour leur bienveillance et leur mérite. Après une enquête minutieuse, Patrick et son équipe sonnaient à la porte de l’heureux élu pour lui offrir une pluie de cadeaux et tout ça en direct. 

          Alors un conseil : tenez-vous prêts, parce que moi aussi, je viendrai frapper chez vous au hasard ! Et je prendrai des photos, je ferai même un petit film afin de graver dans l’histoire ce moment unique.

          Cette incroyable émission avait un générique chanté dont les paroles feront sans doute  écho très longtemps dans notre mémoire tant le sens et l’émotion contenue dans ce texte sont prenants. Je ne peux résister à l’envie de partager avec vous ce petit chef-d’œuvre : 

« Vous, vous qui nous regardez. Ce soir, tout peut arriver. Vous entrez dans la danse, c’est votre jour de chance. Du cinéma, des chansons, des cadeaux. C’est beau. Lumières, micros, caméras. Et voilà le show. Vous qui nous regardez, nous allons vous faire rêver avec tous nos invités, ce soir. Chez vous, pendant une heure, oui, vous, soyez à l’heure. C’est le porte-bonheur. »  

 

 

          Je me suis dit que moi aussi, je pourrais vous chanter une petite ritournelle au moment où vous ouvrirez votre porte : est-ce que ce ne serait pas merveilleux ? 

« Vous, vous qui me lisez. Vous entrez dans la lecture, vous laissez un commentaire, c’est beau... »

          Vous voyez, un truc dans le genre, tout en finesse, Baudelaire n’a qu’à bien se tenir !

          À très bientôt : le temps de m’organiser, de former mon équipe et avec de la chance, je viendrais frapper à TA porte ! 

          Et en attendant, n'oublie pas de laisser ton commentaire sur AMAZON !

          MERCI

 

          Bien à vous, 

          Patricia Ricordel, coursier d’un jour.

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload